Pour Tout Dire

-Des tomates en plein désert australien

Rédigé par Gilles Aucun commentaire

En Australie, Sundrop Farms utilise l’énergie solaire concentrée pour dessaler l’eau de mer à des fins d’irrigation. Crédit photo: Sundrop Farms.

Une ferme du désert cultive 180 000 plants de tomates en utilisant uniquement le soleil et l'eau de mer.
Les fermes qui produisent de la nourriture dans des déserts arides, sans eau souterraine ni combustibles fossiles, pourraient être l'avenir de l'agriculture.

Pas de sol, pas de pesticides, pas de combustibles fossiles et pas d'eau souterraine. Et pourtant, il y a une ferme florissante au cœur du désert aride australien. Comment est-ce possible?
 
Au cours des six dernières années, une équipe internationale de scientifiques a mis au point un système permettant d'acheminer et de dessaler l'eau de mer en provenance de l'océan à l'aide d'une centrale à énergie solaire à la pointe de la technologie. L'eau est ensuite utilisée pour irriguer 180 000 plants de tomates cultivés dans des cosses de noix de coco à la place de terre agricole dans un réseau de serres.
 
Le résultat scientifique s'appelle Sundrop Farms, une installation de taille commerciale située juste à côté du golfe Spencer en Australie-Méridionale et dont la construction a débuté en 2014. On estime aujourd'hui qu'elle produit 17 000 tonnes de tomates par an pour être vendues dans les supermarchés australiens.

Compte tenu de la demande croissante d'eau douce dans le monde - un problème qui se manifeste particulièrement dans le paysage brûlé par le soleil en Australie-Méridionale -, cela pourrait bien représenter l'avenir de l'agriculture à grande échelle, en particulier dans les régions désertiques côtières auparavant non arables.
 
Le coeur de la ferme est constitué de 23 000 miroirs qui réfléchissent la lumière du soleil vers une tour de réception de 115 mètres de haut. Toute cette lumière solaire concentrée produit une énorme quantité d'énergie, jusqu'à 39 mégawatts. C'est plus que suffisant pour couvrir les besoins en dessalement de la ferme et pour satisfaire tous les besoins en électricité des serres.

L'eau de mer a également d'autres objectifs que l'irrigation. Pendant les étés caniculaires, des cartons imbibés d'eau de mer tapissent les serres pour maintenir les plantes à une température optimale. L’eau de mer a également l’effet remarquable de stériliser l’air, ce qui signifie que les pesticides chimiques ne sont pas nécessaires.
 
L’installation a coûté environ 178 millions d'euros au total. Cela peut sembler excessif, mais à long terme, l'installation devrait permettre de réaliser des économies comparées aux coûts des serres classiques qui nécessitent de l'énergie fossile. Il s'agit d'une conception autonome et économique tant que l'investissement initial peut être fourni. Des installations semblables à celles de l’Australie sont déjà prévues pour le Portugal et les États-Unis, ainsi qu’en Australie. Les zones désertiques comme celles observées à Oman, au Qatar et dans les Émirats arabes unis pourraient être les prochaines sur la liste.

"Ces systèmes de production fermés sont très intelligents", a déclaré Robert New Park, de l'Université de Sydney, en Australie. "Je crois que les systèmes utilisant des sources d'énergie renouvelables s'amélioreront et augmenteront à l'avenir, contribuant encore plus à la production de certains de nos aliments."

Vous avez aimé cet article ou cette page ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot thrx ?

Fil RSS des commentaires de cet article